Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • Alternotre
  • alternotre@gmail.com

Recherche

31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 19:06

Le centre d’analyses stratégiques ( http://www.strategie.gouv.fr/ ) est une institution créée en 2006. Sa mission est de conseiller le premier ministre ainsi que le gouvernement « … dans la définition et la mise en œuvre de ses orientations stratégiques en matière économiques, sociale, environnementale ou technologique. »

 

 

Le 28 août 2011, le CAS ( Centre d’Analyses Stratégiques) publie le rapport sur les « technologies compétitives au service du développement durable ». Il s’agit d’un rapport très complet qui couvre de nombreux aspects de l’économie Française incluant l’énergie, les transports, le bâtiment ainsi que les technologies transverses. Ce rapport est donc supposé, en toute objectivité, analyser l’état actuel de nos connaissances technologiques, des possibles avancées, des enjeux et émettre un avis prospectif et objectif permettant d’orienter l’action du gouvernement.

 

 

Or, sur la question du transport terrestre à grande vitesse, le principe d’objectivité semble battu en brèche.

 

 

 

 

DES STRATEGIES « ORIENTEES » : L’exemple du ferroviaire à grande vitesse.

 

En page 283 du rapport, le CAS pense que la vitesse des trains à grande vitesse devrait passer à 500 km / h. Cependant, l’argumentation accumule tant d’erreurs qu’il se dégage du propos un fort sentiment de parti pris : En page 284, le rapporteur évoque le coût prohibitif du train à lévitation magnétique «  Transrapid ». Le prix au kilomètre de voie « magnétique » se place à 32.1 millions d’Euros le Km quand celle d’un TGV se place à 16.5 Millions d’Euros.  Première erreur : Le rapport compare un système capable d’évoluer à 500 km/H avec un autre qui se limite à 320 Km / H.  Preuve en est que, sur la même page il est écrit que les voies ferroviaires à 500 km/H seraient posées sur une dalle béton et que « … ce type de voie coûte plus cher à la construction qu’une voie sur ballast et qu’elle nécessite une haute technicité de pose… ».

 

 

L’argument comparatif ne tient pas.

 

Toujours sur le même sujet, le rapporteur vante le fait que les voies béton peuvent durer 100 ans. Par conséquent un TGV à 500 Km / H sur de telles voies serait opérationnel au-delà de l’an 2100. Dans le même temps, le rapport dit que les progrès technologiques permettront certainement l’émergence de voies « sustentation magnétiques » aux alentours de l’an 2050.  Par conséquent, un projet de « Super-TGV » à 500KM/H à l’horizon 2020, serait obsolète 30 ans après sa mise en service ?

 

 

Sur cette seule thématique, le propos enchaine contre sens sur incohérences… Faut-il donc prouver à tout prix que le TGV est une bonne solution ?

 

 

 

DES STRATEGIES CONVENTIONNELLES : Pour ne rien changer !

 

Sur le seul sujet du ferroviaire à grande vitesse, le rapport n’a rien de stratégique. Il n’y aucune vue globale, aucune mise en perspective :  Il s’agit tout au plus de promouvoir une technologie existante depuis 40 ans en poussant cette dernière dans ses retranchements physiques. Et pourtant ,  il serait bon de rappeler ici que :

 

-          Le Transrapid est un produit quasiment mûr qui n’utilise pas des supraconducteurs à basse température.

-          Le Transrapid est en train de « pourrir » sur sa base Allemande tandis que Pékin prévoie le déploiement d’une extrapolation locale (ligne S1).

-          Le Transrapid, correctement travaillé au niveau européen peut être au rail ce qu’airbus est aux airs.

 

 

Enfin, il serait bon de rappeler que la France détient toujours un savoir-faire sur la sustentation pneumatique de l’Aérotrain) et qu’il conviendrait peut être de se pencher sur la question. Cela est d’autant plus vrai qu’une voie d’aérotrain à 500 km/H double coûte de l’ordre de 3 à 4 millions d’euros le kilomètre ( contre 3 fois plus pour une ligne TGV à 350 km/H).

 

 

 

 

Comment prétendre à l’innovation si les considérations stratégiques sont élaborées par des penseurs  des « technologies conventionnelles » ?

 

 

 

Sources : "Rapport sur les technologiescompétitives au service du dévelopement durable" : http://www.strategie.gouv.fr/content/des-technologies-competitives-au-service-du-developpement-durable-note-danalyse-276-aout-201.

Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 11:50
Certaines inventions avaient simplement le tort d'être trop en marge des grands courants de pensée. C'est le cas du moteur Stirling. Malgré un potentiel non négligeable, cette motorisation atypique se limite actuellement à quelque domaines d'application très spécifiques (spatial, militaire, solaire...)
 
En 2008, une société suédoise, PRECER, a décidé d'étudier un petit véhicule innovant : LE BIORACER. Ce sympathique buggy biplace hybride  utilise un groupe générateur stirling pour alimenter sa motorisation électrique. La rupture ne s'arrête pas là puisque le carburant utilisé est ... du bois. La consommation est donc évaluée en kilogrames par kilomètres ! Ainsi, pour 10 Km, cet engin est dit consommer 1 Kg de bois en granulés.
 
Les professionnels du secteurs admettent que 2 kgs granules équivallent à 1 litre de fioul*. Cela laisse penser  que ce véhicule brûle l'équivalent de 5 litres de fioul aux 100 Km.
 



Rassurons nous, je ne pense pas que nos amis Suédois aient pour intention de raser leur forêt. Cependant, cette démonstration prouve une fois de plus l'extraordinaire flexibilité des moteurs stirlings. Bois, huile végétale brute, solaire, voir carburant conventionnel... Ce type de motorisation sait s'en satisfaire et ce, sans modifications importantes.

C'est la possibilité de valoriser de la biomasse sur une chaîne de production courte et potentiellement équitable.
 
Un bel exemple d'innovation et de pertinence face aux enjeux économiques et écologiques de notre temps !
 
Il ya peut être là une bonne idée à creuser... Souhaitons que cela inspire nos constructeurs nationaux !


Notes :  
 
La documentation sur le PRECER BIORACER peut être téléchargée : ICI
Une vidéo est disponible : http://www.youtube.com/watch?v=ehWbFoMfmMo
Vous trouvrerez plus d'information sur les moteurs stirling à sur le lien suivant : http://www.moteurstirling.com/
 
Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 11:19

Active Wheel : Une révolution qui dérange.
Octobre 2008, Michelin annonce la mise au point de son active Wheel. Il s'agit ici d'une "roue moteur" qui intègre en son sein propulsion, suspension et direction. Grâce à cette innovation, l'espace moteur se retrouve disponible pour d'autres applications.

Cette idée révolutionnaire remet en cause toute l'organisation industrielle supportant les automobiles conventionnelles. L'essor de l'active wheel signifie que fondeurs et autres fabricants de pièces mécaniques doivent changer de point de vue afin de s'adapter à cette nouvelle configuration.  En revanche, ce changement est assurément synonyme une nouvelle approche industrielle porteuse d'avenir et d'emplois durables.

Immédiatement, Le constructeur automobile Venturi à fait savoir que sa future et sportive volage utiliserait cette technologie. Dans la foulée, sur un registre plus grand public, un autre constructeur propose une opel Agila modifiée (La Will) qui utiliserait deux "roues moteur" : Il s'agit de Heuliez.


Six mois plus tard. : Heuliez dépose le bilan.
Hormis quelques politiques opportunistes, personne ne tend la main à cette société pourtant prometteuse. Malgré l'existence de fonds de soutien. En dépit de l'énorme potentiel industriel représenté par l'usage d'active wheels, les pouvoirs publics opposent un silence géné et éludent les questions qui lui sont posées.

- Renault, calme le le jeu social en ramenant une ligne de fabrication en France et en créant 400 emplois.

- Peugeot, tenant des voitures hybrides à hautes performances, voit son dirigeant remercié et remplacé par Mr Varin, pur produit de l'industrie traditionnelle de l'acier et de la fonte.

- Michelin, lui, ne communique pas. Néammoins, si l'on considère que l'Active Wheel se développera en Chine en partenariat avec MGL, on peut comprendre qu'un rejet de l'establishement industriel français ne soit pas une catastrophe en soi même.

Quand aux salariés de Heuliez, ils paieront le prix fort pour avoir oser croire en autre chose que la voie conventionnelle et dogmatique.

Comme le disent certains de nos conccurents : Le plus sûr moyen de vaincre la France est d'attendre qu'elle se tire une balle dans le pied.

Qu'ils se rassurent, en ce qui concerne le domaine de l'automobile, c'est en bonne voie !

Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 17:14
"...L’A.C.O. a toujours considéré le sport mécanique comme un véritable laboratoire d’essai au service de la technologie. C’est dans le but d’encourager l’innovation pour une meilleure fiabilité et surtout une plus grande sécurité des véhicules que l’Automobile Club de l’Ouest. organise les “24 Heures du Mans” depuis 1923...."
 
C'est en ces termes que l'Automobile Club de l'Ouest présente les 24 heures du Mans comme étant une pépinière de nouvelles technologies au service de l'évolution de l'automobile. Cependant, le règlement interne aux 24 heures interdirait la participation de véhicules hybrides de nouvelle génération. Sous prétexte d'équité entre les coureurs cette vénérable institution semble défendre une vision technologique des plus immobiliste. Au vu des problématique environnementales liées à l'emploi de l'automobile il serait donc urgent de ne rien changer ?
 



Nous aurions aimés voir une compétition permettre un affontement entre un véhicule hybride diesel Peugeot et hybride essence Toyota. Nous serions passionnés par une course où les tenants de de l'huile végétale brute se seraient mesurés à d'autres utilisant de l'Ethanol. Et pourquoi ne pas laisser véhicules électriques se mesurer aux véhicules thermiques ?
 
A ce jour, l'Automobile Club de l'Ouest ne s'est toujours pas prononcé quand à une évolution du règlement régissant les 24 heures du mans. L'année 2009 sera t elle marquée par un renouveau des 24 Heures automobile ou par une ennuyeuse continuité...?
 
Nous retenons notre souffle et attendons le vent du changement.
 
 
Sources :
Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 07:27

Le 14 avril 2008, l'AFP fait état de la découverte d'une nouvelle plante permettant d'améliorer la production d'Ethanol tout en évitant que les cultures rentrent en compétition avec l'agriculture vivrière. Couramment appellée "Switchgrass", la panicum virgatum est une plante d'ornement. La "Switchgrass", bien présente dans les campagnes américaines, présenterait une productivité supérieure au maïs ou à la canne à sucre. La panicum virgatum peut produire jusqu'à 9300  litres d'éthanol per hectare. Comparativement, la canne à sucre produit 6200 litres quand le mais n'en permet que 3 700. (Source SECO & CNUCED).



C'est assurément une bonne nouvelle pour les tenants de l'Ethanol. Nous soulignerons ici que cette découverte ne change rien aux deux majeures limitations de l'Ethanol :

- L'éthanol contient quasiment moitié moins d'énergie que l'essence : Avec l'éthanol vous passerez 2 X plus souvent à la pompe.

- Le moteur à essence/éthanol est moins performant que le moteur diesel/biodiesel.  A configuration moteur égale vous ferez moins de kilomètres avec une voiture roulant à l'éthanol qu'en roulant au biodiesel.

Au moins cette découverte permet elle d'espérer que les ressources vivrières mobilisées pour la production d'Ethanol seront ré affectées à la production de denrées alimentaires.
3386129068b40df07131989b2ff4b5aa.jpg


Source : SECO - State Energy Conservation Office - Texas (www.seco.cpa.state.tx.us)
Source : CNUCED communiqué de presse UNCTAD/PRESS/PR/2007/008/ 27/04/07 (http://www.unctad.org)

 

Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 11:10

Il a été porté à notre connaissance l'existence d'une société Suisse qui tente de promouvoir une idée neuve : L'usage du train à vapeur.


Non, vous ne rêvez pas, malgré le 1er avril, ce n'est pas un canular. Voici bientôt 10 ans que la société DLM A.G. s'est mise en tête de prouver que la traction vapeur avait été un peu vite enterrée. L'idée de base consiste à démonter entièrement une vénérable machine à vapeur et à lui implanter les derniers rafinements technologiques disponibles. Renforcement de l'isolation, optimisation de la combustion, train de roulement amélioré... Sur les machines ainsi revues et corrigées, seul l'aspect extérieur peut laisser croire à une adroite supercherie. Les locomotives ainsi survitaminées voient leur rendement plus que doubler.
La disponibilité de ces machines devient quasi immédiate et leur couts opérationnels ramenés à des valeurs équivalentes si ce n'est inférieures ceux d'une motrice diesel équivalente.  Le vieux funiculaire  du Brienz Rothorn Bahn (Suisse) ainsi équipé voit sa puissance augmentée de 36% pour une masse réduite de 25 % et une consommation réduite de... 41%.  Exit le Charbon ! Tout en émettant moins de particules que le diesel ces machines increvables brûlent désormais du mazout avec un appétit d'oiseau et l'on imagine sans peine la possibilité d'y utiliser un biocarburant bien vert.

En ce premier avril Alternotre vous offre quelques vues de ce canular...qui n'en est pas un... Et dont on pourrait bien entendre re-parler un jour.
 362abfc132c95c91f8d3b4cd2bf1427c.jpg260ef02c351732ff1763f6e51dd37420.jpg


Pour plus d'informations : http://www.dlm-ag.ch/
Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 11:13

Inutile selon certains écologistes

Le point du 28 février 2008 juge durement l’expérience tentée par Virgin Atlantic. Ce test avait pour but de faire voler un Boeing 747 dont un des réservoir contenait un mélange contenant 20% d’un biocarburant à base d’huile végétale. Commentant cette réalisation  Mr Kenneth Richter, responsable des « amis de la Terre » annonce «  les biocarburants nous détournent de l’objectif de lutte contre le réchauffement climatique ». De nombreux groupements écologistes ne voient pas l’intérêt de développer ces alternatives énergétiques arguant que les économies en émission de CO2 sont négligeables, que ces productions  détruisent des éco-systèmes naturels et participent à l’augmentation des prix des produits agricoles.

 


Biocarburant à base d’huile végétale : le pétrole vert


Dans son communiqué de presse daté du 24 février 2007, Virgin Atlantic clarifie que ce vol n’était qu’un test visant à prouver la faisabilité du concept. Cette entreprise précise également qu’à l’avenir, l’huile serait produite à partir d’algues.  Ce dernier point est particulièrement important car :

 

1   Les huiles générées à partir d’Algues ont un rendement agricole 20 fois supérieur à ce que peuvent produire les meilleurs plantes terrestres.

2  
Les algues ne rentrent pas en compétition avec les productions agricoles alimentaires.

3   Les algues se nourrissent essentiellement des effluents de l’activité agricole et humaines. Virgin Atlantic vise particulièrement la génération d’algues à partir des eaux usées.


Références :

Interview de Richard Branson : http://www.independent.co.uk/environment/climate-change/f... 

Communiqué de presse Virgin :

 

Repost 0
Published by Alternotre - dans Innovations
commenter cet article