Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • Alternotre
  • alternotre@gmail.com

Recherche

5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 22:21

Tout bien considéré, pour déplacer un véhicule, il faut :


- Un réservoir d'énergie.

- Un système qui transforme l'énergie en force mécanique : Moteur et transmission.

- Un système qui transfère cette force a la route : Les roues.

Actuellement, les véhicules à moteurs conventionnels (essence ou diesels) ne brûlent que 18 a 22% de leur carburant pour se déplacer. Le reste est perdu en fumées chaleur et lumières : pour simplifier, la pollution.

1er Constat :  Si les automobiles avaient un système qui transformait mieux l'énergie initiale, chaque kilomètre roulé rejeterait moins de pollution.

2ème Constat : On peut accuser le pétrole de tous les maux. Cependant, on observe que 80 % de cette ressource est massivement brûlée en pure perte !

Face à cette gabegie énergétique, certains ont d'ailleurs trouvé une solution miracle : Il faut développer le moteur électrique et les centrales nucléaires !


Voitures électriques : "Nucléaire, non merci !"

Une centrale nucléaire a un rendement de 37%* environ. 5% de l'énergie produite est perdue dans le reseau de distribution. Et pour finir, le rendement d'une voiture électrique, c'est 90%. Au total, avec l'option électro- nucléaire, un véhicule électrique propose un rendement global équivalent a 32%. En d'autre termes, voici un système de transport "propre" qui gaspille encore 68% de l'énergie qui y est investie. Cette propreté de façade serait au prix d'une pollution radioactive et industrielle considérable.


Notre approche environnementale des transports est prise sous un mauvais angle. A refuser de remettre en cause nos habitudes, nous multiplions les solutions médiocres et dangereuses.


Le modèle "tout automobile" doit être remis en cause. Travail à distance, transformation du milieu urbain, re-population du milieu rural et transports de masse sont les quatre pistes qui doivent être privilégiées. Nous pouvons MAINTENANT créer de l'emploi, de la richesse et démarrer une renaissance économique et sociale que nous attendons depuis trop longtemps.


S'agissant de l'automobile il est SCANDALEUX que nos motorisations gaspillent plus l'énergie qu'ils ne l'utilisent. Le plancher minimal doit être fixé a 50 %, sans concession aucune. Saviez vous qu'un moteur diesel marin travaillant a régime constant peut avoir un rendement voisin des 50 % ?


Alors que l'urgence environnementale frappe à notre porte nous devons apprendre à rester simples et pragmatiques. Tous ces courants de recherche sont utiles mais nous devrions garder à l'esprit que le mieux est souvent l'ennemi du bien !

*Source : http://www.developpement-durable.gouv.fr/energie/nucleair/epr_2_14.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternotre - dans Transports
commenter cet article

commentaires

Tov 17/03/2010 09:24


Bonjour,
je suis frappé de voir autour de moi les gens débattre très sérieusement des problèmes de rejets de Co2. Des gens très bien, très soucieux d'écologie, très fiers de leur voiture "propre" en
oublient l'essentiel.
La route.
90 millions de tonne de bitume par an déversés sur la planète pour s'isoler du sol, cette nature qui fait si peur. Des millions de camions, de pelles mécaniques, de forage pétrolier juste pour
faire un tapis au prix exorbitant, qu'il faut réparer sans arrêt, qui provoque la mort de motard lancés à 200 km/h sur cette folie utopique.
Route, si chères routes, si rapides qu'il faut mettre des chicanes et des obstacles, si étanche qu'il faut redimensionner les rivières engorgées, si pratique qu'on s'y entasse par millions chaque
été. Si sales et couvertes d'huiles qu'il fait construire des bacs de décantation à tout les carrefours.
Revenons aux chemins de pierre et de terre, retrouvons nos racines. Revenons aux premiers 4x4 : les chevaux. Revenons aux petites échelles et à la proximité.


Alternotre 17/03/2010 11:59


Merci pour votre commentaire, ma réponse sera longue, veuillez m'en excuser.


Le problème de fond c'est que nous avons laissés développer une architecture transport où chacune des composante est rentrée en compétition avec l'autre. Ce phénomène a certe été autorisé par un
coût de l'énergie anormalement bas.  Ainsi, la SNCF prétend capter des automobilistes ?  les autoroutes se font plus attractives pour ces mêmes automobilistes. Le TGV est moins polluant ?
on fait des voitures "vertes"...  Vous verrez...dans le futur, les voitures électriques autonomes rapatrieront probablement de nombreux passagers ferroviaires qui en auront marre de se
coltiner le transport de masse.

Notre approche minimaliste et médiocre du problème a rendu le problème quasi inextricable,  et pendant ce temps là, on coule et re coule du goudron... : Vous avez totalement raison.


Soyons pragmatique, en l'attente de la voiture "volante" ces véhicules auront toujours besoin d'un sol adéquatement préparé.  Cependant, en imaginant une approche coopérative des transports,
nous pourrions probablement réaliser de meilleurs arbitrages et limiter notre empreinte écologique au strict minimum.

L'aérotrain participait à cet idée en se voulant un mode de transport léger et bon marché, unissant rapidement les 20 principales villes de France. Son confort, sa rapidité visait directement la
séduction du passager et de lui faire laisser sa "bagnole" au garage. L'aérotrain se voulait si généreux avec le passager que ce dernier aurait mieux accepté de mettre durablement entre parenthèses
son individualisme instinctif.

Un mode de transport de masse pertinent et largement déployé aurait permis de contingenter la voiture à un usage "loisir / plaisir" et  favoriser les "micro"-cylindrées pour les déplacements
de proximité. Le travail aurait été mieux réparti sur le territoire national poussant peut être une plus rapide émergence du travail de proximité et du télétravail. Un capital plus disséminé, moins
concentré aurait probablement rendu celui ci moins délocalisable. De même une cohérence économique mieux régionalisée aurait rendu notre nation économiquement plus résistante grâce à une meilleure
répartition des richesses.   Enfin, le fret ferroviaire aurait pu bénéficier des réseaux existants qui présentent tous l'avantage de pénétrer au coeur des villes...Quand je parle de
"coopération des transports" c'est à cela que je fais référence.

Je tiens à préciser au passage que cette "vision" est toujours valide... C'est juste une question de choix.

Prendre sa voiture revient certe assez cher. Cependant, dès que nous pouvons nous en payer le luxe, nous délaissons la solution ferroviaire. Le Train à Grande Vitesse, le Transilien et autres
TER  proposent une approche inapropriée à notre comportement individuel, voire, individualliste. Le Train, par sa médiocrité technique et sociale valorise l'automobile comme instrument ultime
de confort, de sécurité et de liberté... même si c'est au prix de quelques heures de bouchon et de quelque centaines de morts par mois.

Depuis 40 ans, nous avons préférés la bonne vieille compétition inter-modale  et autorisés la construction de nouvelles autoroutes et la création de sillons LGV destructeurs. Sur cette
compétition nous avons créés tout un conglomérat industriel et commercial très rentable ... (pas pour tous le monde malheureusement).  Rappellez vous
:  nous avons tous participés à ce choix. Nous, nos parents, nos grands parents ont votés "Pour"  en achetant des produits "mode" et "Tendance"... Nous avons bien ri de ces pauvres
fous d'écologistes "bouffeurs de fromages de chèvre". Nous avons traités d'escrocs ceux qui nous alertaient sur nos moteurs inefficaces et polluants. Et je ne parle même pas de ceux qui dénoncaient
notre folie consumériste.

Résultat :

- Crises économiques financières et sociales à répétition...
- Croissance économique nulle.
- 10 Millions de chomeurs
- Un climat en voie de dérèglement.
- Guerres...
- Famines...
- Protection sociale en berne...
- Isolement de l'individu.
- Perte des repères familiaux
- Violence infantile ... etc... etc... etc...

Et maintenant,  sommes nous disposés à penser autrement ?
Ou bien continuons nous à voter "bêtement" ?


Damien Drouart 07/11/2009 14:12


Personellement, je pense qu'il est inutile de continuer a optimiser un mode de vie dépassé. Voiture hybride ou électrique, il n'est pas normal que tout les jours des millions de persones convergent
vers les quelque rares zones d'emploi (Paris, grande villes), pour refaire le trajet inverse le soir.
Il n'y a qu'a voir tout les embouteillages autour de toute les grande villes Francaise, ce n'est pas en transformant toute les voitures qui les composent en voitures électrique qu'on solutionera le
VRAI problème! Sans compter qu'avec tout ces kilomètres parcourus inutilements, que l'énergie consommée soit fossile, nucléaire ou pseudo-"verte", ca reste de l'énergie gâchée...
Et je ne parle pas des autres gâchis : pneus, plaquettes de frein, etc etc! Une voiture ne consome pas que du pétrole!


Alternotre 07/11/2009 21:37


Absolument Damien,

La grande faiblesse de la politique actuelle, c'est de considérer le seul axe de l'automobile. A croire que notre nation ne sait plus faire autre chose que de construire des "bagnoles" !!!

Cette étroitesse de vue ne fera qu'accentuer le désastre économique et social du pays.

En revanche, si l'on a le courage de changer de point de vue, de mélanger travail à domicile, remise en cause des circuits de distribution, conception de produits réparables, transformables et non
plus jetables... Si l'on a le courage de remettre en cause la sur-urbanisation en re faisant décoller le concept de capitales d'équilibres... Alors oui, nous tiendrons une solution durable et
humaine.

Peu importe la technologie mise au service de l'automobile de demain. Si l'on en oublie que la voiture n'est que l'avatar d'une crise sociétale bien plus profonde, alors tout cela n'aura servi qu'à
déplacer le problème et non pas le résoudre.

Si nous parvenons à déployer un système plus vertueux, plus vivable ... Alors nous ferons école. Nos gouvernants passent leur temps à  "s'inspirer" de modèles étrangers... Sommes nous devenus
si stupides que nous ne saurions plus nous remettre en cause par nous même ?

@ OeuildeCain,

Je crois qu'au fond nous regardons tous deux dans la même direction. Je suis un peu plus orienté économie, commerce, société là où vous regarder plus vers la technique et les sciences.



Chers lecteurs, si vous vous sentez en verve et souhaitez participer à l'aventure "Alternotre", vous êtes plus que les bienvenus !!! 

Je suis loin d'avoir le monopole des bonnes idées et seul le partage pourra permettre de mener cette initiative vers quelque chose d'utile. 

Nous ne serons jamais assez nombreux pour combattre l'absurde d'une société qui a perdu son "sens". L'anormal et l'insupportable doivent cesser de représenter la norme.


OEILDECAIN 07/11/2009 08:16


Il m'est assez plaisant de constater que je suis la plupart du temps d'accord avec votre analyse, mais par contre j'ai des conclusions différentes : peut-être, et même certainement, parce que je
suis un technique, très, très optimiste .
La voiture hybride ou toute électrique sera là dans 2 ou 3 ans et va booster les systèmes énergétiques renouvelables autonomes pour les particuliers.
Les grandes aglomérations auront leurs transports collectifs .

Après çà, il ne restera qu'à sur-isoler l'habitat et à électriser le transport routier.

Dans 10 ans la tendance est complètement inversée.
Slts


OEILDECAIN 06/11/2009 09:41


Comment concilier re-population du milieu rural avec une suppression ou diminution des transports ?
Vous focalisez sur les rendements, alors que s'il est vrai qu'ils sont aberrants sur du fossile, il n'en est pas de même pour ce qui est de l'éolien et dans 10 ou 15 ans du solaire : que sont
quelques pertes de rendements sur de l'éolien ?
Dès que les VE vont sortir, le marché des petites éoliennes privées va démarrer, et vous verrez que ce moment-là sera réellement un changement d'ère : la véritable démocratie par l'indépendance !


Alternotre 06/11/2009 21:52


... Ca va être une longue réponse...

Pour répondre à votre première remarque, si la France avait réalisé les bons choix en matière de transports de surface, cela fait depuis belle lurette que les 12 métropoles d'équilibre serait
maillées avec un réseau rapide et bon marché. Vous l'aurez compris au travers de mon blog, je suis un défenseur de l'aérotrain. J'assume et maintiens qu'en la matière nous avons commis une
grave erreur. La conséquence : Regardez n'importe quelle carte TGV (ou voies classiques) : Elles convergent toutes vers Paris. 

Bref...

Les choses étant ce qu'elles sont, y va falloir faire avec. J'entrevois la possibilité de mieux répartir la richesse nationale en développant des dispositifs fiscaux et administratifs favorisant le
travail à distance. Les gouvernances récentes ont toute prôné la réduction de la fracture informatique : Ce serait peut être l'occasion de mettre des faits en face des mots. On parle d'une jeunesse
délaissée par leur parents : Favoriser la délocalisation du travail au plus proche des lieux de vie serait une bonne possibilité d'autoriser la renaissance d'un modèle familial et éducatif valable.
Avoir le choix de demeurer dans sa région natale pourrait permettre de retisser les liens sociaux et inter-générationnels tout en redéployant les services de proximité !

En lançant ce grand projet nous parlons non seulement d'écologie, mais aussi emploi, famille et renaissance économique : C'est de l'ingéniérie sociétale !

Je trouve anormal que le département des Hauts de Seine cumule à lui seul le PIB d'un pays comme la Belgique. Comme je trouve scandaleux qu'on nous parle de briser le dogme du "tout automobile"
alors qu'en même temps des milliers de bureaux sont inaugurés tous les 6 mois à la Défense. ... En réponse à cela on nous promet un "grand paris" et des "super TGV" de banlieue pour des
travailleurs qui iront chercher toujours plus loin des logements à des prix décents.

Il serait peut être temps de briser ce cercle néfaste qui n'a que trop duré.

En ce qui concerne la deuxième partie de votre réponse : Je focalise effectivement sur les rendements.  Je maintiens que quelque soit la solution technique retenue, il lui faudra être
énergétiquement efficace ! Toutes nos technologies sont basées sur une idéologie de "l'énergie abondante et peu chère". Au résultat, nous avons créés, et nous créons encore, des équipements
proposant des rendements RIDICULES ! Centrales Nucléaires à 40 %, Voitures à 20 %, Avions à 40 / 60 % ... Et la liste est longue. Or, toute la clique de chez AREVA nous proposent de continuer cette
danse infernale en nous promettant que ce coup ci, il n'y aura pas de CO2...

Ben voyons...

Vous parlez des petites éoliennes. Certes, mais vous doutez vous même de la possibilité de remettre en cause le modèle sur-urbanisé de notre développement : Imaginez vous les Parisiens brancher des
éoliennes à leur balcon ??? 

Vous avez malgré tout raison sur 1 point : Le Solaire. Nous tenons ici un concept élégant, apte à répondre correctement à nos besoins... Cependant, je ne suis pas sûr que nous ayons 15 ou 20 ans
devant nous. Avec un pétrole qui reviendra immanquablement vers des sommets, nous pourrions bien être pris dans des troubles géostratégiques pouvant nous plonger dans un "néo-moyen-age" aussi
durable que sanglant.

J'affirme qu'il est possible de "tirer le frein à main" rapidement et efficacement. Vivre autrement TOUT DE SUITE nous autorisera un déploiement réfléchi, mais relativement lent, de ces
innovations auquelles nous aspirons tous.

Le temps presse. Nous pouvons dès maintenant faire des voitures hybrides qui diviseraient par deux notre consommation. Nous pouvons dès maintenant remettre en cause le modèle urbain, commercial,
marketing et diviser encore par deux nos besoins énergétiques. Nous pouvons favoriser une agriculture de proximité et changer nos habitudes alimentaires, ce qui aurait aussi de réduire
substantiellement nos besoins énergétiques. Nous pouvons enfin valoriser la biomasse dont le rôle, mis en perspective avec les propositions ci dessus, pourrait être beaucoup plus important que
certains le disent.

Nous pouvons faire BEAUCOUP MAINTENANT Afin de mieux préparer un avenir prometteur et salvateur.

Merci pour votre lecture et désolé pour cette longue réponse.
Bien cordialement,