Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Me Contacter

  • Alternotre
  • alternotre@gmail.com

Recherche

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 13:00

 

Faciliter l'installation d'élevages porcins en Bretagne ou mettre en place une économie écologique et performante ?

 

Dans le Monde du 30 juin 2010, on découvre : " Les députés veulent faciliter l'installation d'élevages de porcs en Bretagne". Un projet de loi d'assouplissement des règles sanitaires afin de multiplier les élevages porcins a été déposé. Est ce une bonne idée compte tenu de la pollution déjà très élevée des eaux bretonnes ? Si nos députés votent cette loi, la Bretagne perdra une formidable opportunité d'allier économie performante et écologie pertinente

 

 

Les eaux bretonnes sont elles réellement "mauvaises" ?

 

La Bretagne représente à elle seule 20 % de la production légumière Française, 55 % de la production porcine, 45 % de la production ovine ; le tout concentré sur... 6 % du territoire national !

 

La Directions Régionales de l'Environnement ( DIREN )  a prouvé que les activités agricoles sont directement liée à l'origine des concentrations polluantes dans l'eau potable.

 

Les Directions Régionales de l'Environnement ( DIREN ) qualifient de "mauvaises" les eaux dont la concentration de nitrates est comprise entre 25 et 50 mg par litre * .

 

En Bretagne, la DIREN a observé que 68 % des eaux souterraines bretonnes sont classées "mauvaises". **

 

Faut il donc autoriser une intensification des élevages en Bretagne ?

 

 

Comment améliorer la qualité des eaux bretonnes, créer de l'emploi et maintenir l'élevage porcin ?

 

Traiter la pollution des eaux bretonnes, maintenir les activités agricoles tout en créant de nouveaux emplois est possible.

 

Les rejets des exploitations porcines : un engrais pour les algues

 

Les rejets agricoles contiennent 3 choses intéressantes :

- Des nitrates.

- Du biogaz que l'on peut extraire par méthanisation.

- De la chaleur et du CO2 issu de la combustion du biogaz.

 

Imaginons : Les rejets agricoles polluant les eaux bretonnes sont utilisées pour fournir la nourriture (le nitrate) nécessaire à la culture d'algues oléagineuses.  Le biogaz fait fonctionner les machines nécessaires à l'exploitation des algues 1. Le CO2 et la chaleur issus de la consommation du biogaz servent à la croissance des algues oléagineuses.

 

Et qu'allons nous faire de toutes ces algues ?

 

Les algues produisent des huiles végétales pures² qui sont un substitut naturel au diesel. de plus, les tourteaux, résidus issus du traitement des algues servent à nourrir le bétail.

 

Avec la mise en place de cette économie écologique et performante :

 

1 ) Les déchets agricoles sont valorisés et ne polluent plus les eaux.

2) Les algues fournissent du carburant.

3) Des emplois locaux bio-énergétiques durables sont créés.

 

 

Le recyclage énergétique de la pollution agricole valorise une économie d'avenir locale, stable et porteuse de sens.

 

 

Parce qu'elle concentre trop de production sur une surface trop petite la Bretagne est malade de son agriculture : Ce n'est pas en intensifiant  l'élevage qu'elle guérira.

 

On espère pour la Bretagne que le parlement fera le bon choix et que le concept proposé ici sera étudié sérieusement...

 

 

 

Notes & Sources:

* - La réglementation française (décret 2001-1220 du 20 décembre 2001) limite à 50 milligrammes par litre la teneur maximale en nitrates de l’eau destinée à la consommation humaine.

 

 

** - DIREN Bretagne - Note de synthèse 3ème campagne surveillance de la teneur en nitrates des eaux douces - Avril 2002.

1 - JP Cadoret et 0 Bernard - La production de biocarburant lipidique avec des microalgues : promesses et défis - Journal de la Société de biologie - 2007.

² - Rapport  : Le Biocarburant HVP - Vegetole - 2005 - http://www.ifhvp.fr/presentation/qui-est-lifhvp

² - iFHVP_standard_workshop_2009-03-19 - Standardization of Pure Vegetable oil (PVO) as diesel fuel -   http://www.eppoa.org/documents.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternotre - dans Nouvelle économie
commenter cet article

commentaires